Le cœur sauvage

51VhHjNGJML._SX338_BO1,204,203,200_Résumé :  » Je ne veux pas descendre à la rivière avec ma mère. Et pas non plus vivre à seize ans dans ce no man’s land aux forêts mi-résineuses mi-caduques du Nord-Est américain où nous sommes nées toutes les deux : soixante-cinq kilomètres carrés de routes et de rivières qui se croisent à angle droit, d’exploitations agricoles en faillite et de crêtes rocheuses. Peuplés de fantômes, d’animaux et de femmes seules.  » Bûcherons, fermiers, vieux hippies, jeunes artistes ou adolescentes rebelles, les personnages de ces nouvelles vivent à la frontière de la civilisation et du monde sauvage, dans des endroits reculés du Vermont. Tous cherchent à donner un sens à leur solitude et à leurs rêves, au cœur d’une nature à laquelle ils sont, souvent malgré eux, viscéralement liés. L’eau noire et glacée des lacs, l’odeur des champs en juin, la senteur de la résine, les forêts à perte de vue…

Avis : J’aime beaucoup lire des nouvelles. Mais hélas, rares sont les écrivains qui parviennent à maîtriser le genre. Et celui-ci ne fait malheureusement pas exception. Pourtant, le résumé me laissait penser que ce livre avait tout pour me plaire : l’Amérique profonde, des personnages atypiques, l’omniprésence des paysages, des morceaux de vie… Certaines nouvelles ont réussi à m’embarquer, mais je dois avouer que dans l’ensemble, elles m’ont plutôt laissé de marbre (la plupart du temps parce que je restais sur ma faim). Il ne s’agit donc pas un mauvais livre, mais j’y suis restée relativement hermétique…

3/5

Extrait : « -Il y a deux mondes auxquels je n’appartiendrai jamais, ai-je répliqué. Chez moi et ailleurs. »
Il a souri, cligné des yeux, totalement perplexe. »

« Le cœur sauvage » – Robin MacArthur

Publicités

La tour de Babylone

514yN7IfI7L._SX302_BO1,204,203,200_Résumé : A Babylone, la construction de la tour touche à sa fin. On va bientôt atteindre la voûte du ciel et découvrir les secrets de Jéhovah. Une mathématicienne aurait trouvé une démonstration capable de mettre à mal les mathématiques, sa vie de couple… et sa vie, tout court. Le premier contact avec les extraterrestres aura également des répercussions inattendues sur le quotidien d’une linguiste réputée. Le destin de Neil Fisk bascule le jour où sa femme est tuée par la visitation d’un ange… Huit nouvelles qui constituent l’intégrale des oeuvres de l’auteur entre 1990 et 2002. Huit textes d’une puissance inégalée, lauréats pour la plupart des principaux prix du genre : Hugo, Nebula, Theodore Sturgeon, Sidewise… Huit occasions de découvrir le talent d’un nouveau grand de la science-fiction mondiale.

Avis : Je ne lis que très rarement de la SF – disons que ce n’est pas tout à fait mon genre de prédilection. Pourtant, lorsqu’on m’a parlé de ce livre, je n’ai eu qu’une envie : m’y plonger le plus tôt possible. La belle idée ! Certes, je ne suis pas certaine d’avoir saisi toutes les subtilités, ni d’avoir tout très bien compris, tant certaines nouvelles peuvent être ardues, et difficilement assimilables pour un cerveau cartésien, mais je comprends le succès de cet ouvrage, surtout pour des amateurs du genre. Le texte que j’ai le plus apprécié ? Probablement le premier, celui qui donne son nom à ce recueil.

★★★★☆

Extrait : « L’expérience serait bien plus sûre en milieu hospitalier ou, dans une moindre mesure, si j’avais quelqu’un auprès de moi. Mais comme tout laisse à supposer que mon esprit sera irrémédiablement détruit en cas d’échec, prendre des précautions est superflu. »

« La tour de Babylone » – Ted Chiang

Histoires du chien qui avait une ombre d’enfant

9782211222013_1_75Résumé : Que feriez-vous si votre nez projetait de partir en vacances dans les Pyrénées ? Si vos yeux, dans la nuit, faisaient de la lumière au beau milieu de l’océan ? Si des postillons vous sortaient de la bouche comme des confettis multicolores ? Si, au creux de vos larmes, vous découvriez tout un peuple de pêcheurs minuscules ? Ou si votre ombre d’enfant s’enfuyait soudain dans les pas du premier chien venu ? Lorsqu’on se laisse porter par les histoires, on se sent plus léger. Et là, tout à coup, le corps devient capable de choses incroyables. Oui, vraiment incroyables.

Avis : Petites nouvelles en dents de scie, certaines étant franchement très poétiques, drôles et inventives, d’autres l’étant beaucoup moins. Mais un ensemble agréable à lire.

Extrait : « C’est très difficile d’apercevoir les pêcheurs de larmes. Ils vivent tout au fond de nos yeux et sortent seulement quand on pleure. Le reste du temps, ils se font tout petits, ils se blottissent au cœur de nos pupilles et ils attendent. Dès qu’une larme apparaît sur le bord de nos paupières, ils se glissent à l’intérieur et attrapent les petits poissons qui s’y cachent. Peu de gens savent que les pêcheurs de larmes existent car la plupart du temps les gens se cachent pour pleurer. Ou, s’ils ne se cachent pas, ils mettent un mouchoir sur leur visage et alors ils les écrasent sans même s’en rendre compte. »

Contes de chats

4150lGSl8ML._SX317_BO1,204,203,200_Résumé : Brigitte Fontaine, amoureuse méconnue des chats, nous livre avec délice cette vingtaine de textes écrits d’une plume vive, alerte et débridée, mélangeant nouvelles, contes érotiques, poèmes épiques et anecdotes. Sempé, ami de longue date, s’amuse au jeu du contre-emploi. Et d’inclassables chats réconcilient les contraires.

Avis : Tout en se délectant de champagne, vodka et saké, confortablement installés sur de moelleux coussins de velours rouge et de plumes de colombes, les chats de Brigitte Fontaine nous entraînent tantôt dans des contrées luxuriantes, tantôt dans des forêts inquiétantes, à la rencontre de drôles de personnages… Délicats, facétieux, sensuels, fantaisistes, charmeurs, flamboyants, diaboliques… Ces chats-là vous feront passer de délicieux moments !

★★★★★

Extrait : « Il se mit à cueillir avec sa petite patte bleue, cuillère et couteau, des myosotis qui abondaient dans les sous-bois. Ivre d’air et de parfums, il s’égara un peu et soudain, dans une clairière, se trouva face à face avec Barbe Bleue. »

« Contes de chats » – Brigitte Fontaine et Sempé