Demain est un autre jour

9782266236799_1_75Résumé : À la mort de sa mère, Brett Bohlinger pense qu’elle va hériter de l’empire de cosmétique familial. Mais, à sa grande surprise, elle ne reçoit qu’un vieux papier jauni et chiffonné : la liste des choses qu’elle voulait vivre, rédigée lorsqu’elle avait 14 ans. Pour toucher sa part d’héritage, elle aura un an pour réaliser tous les objectifs de cette life list… Mais la Brett d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec la jeune fille de l’époque. Enseigner ? Elle n’a aucune envie d’abandonner son salaire confortable pour batailler avec des enfants rebelles. Un bébé ? Andrew, son petit ami avocat, n’en veut pas. Entamer une vraie relation avec un père trop distant ? Les circonstances ne s’y prêtent guère. Tomber amoureuse ? C’est déjà fait, grâce à Andrew, à moins que… Malgré tout, Brett va devoir quitter sa cage dorée pour tenter de relever le défi. Et elle est bien loin d’imaginer ce qui l’attend.

Mon avis : Je ne m’attendais à rien d’extraordinaire en débutant la lecture de ce livre. A juste titre ! Un petit roman de plage, pas prise de tête, bourré de bons sentiments à la sauce guimauve… Pas vraiment mon envie du moment.

Extrait : « Eleanor Roosevelt a dit un jour: « Faites chaque jour quelque chose qui vous fait peur. » Pousse-toi à réaliser les choses qui t’effraient, ma chérie. Prends des risques et vois où ils te mènent, car, grâce à eux, la vie vaut la peine d’être vécue. »

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa

9782253179900_1_75Résumé : Une aventure rocambolesque et hilarante aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye post-kadhafiste. Une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, mais aussi le reflet d’une terrible réalité : le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle.

Mon avis : (Audiobook) J’ai ri une fois, deux fois… puis plus du tout, au fur et à mesure que les clichés s’enchaînaient, frôlant souvent le racisme, la misogynie, l’homophobie et autres réjouissances du même acabit. Je ne suis cependant pas certaine que telle était la volonté de l’auteur, on sent l’envie de manier l’humour noir et le second degré, mais c’est hélas terriblement maladroit. En plus d’être mal écrit. Bref, peut-être faudrait-il arrêter de vouloir surfer sur la vague des feel-good books aux titres à rallonge et à la construction similaire (« Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire », « Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devient milliardaire », « La Lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi »…etc)

☆☆☆

Extrait : « Et puis, elle avait un âge où si elle voulait quelque chose, elle le prenait tout de suite. La vie passait à une vitesse folle maintenant. Comme quoi, une petite bousculade dans la queue d’un Ikea pouvait parfois donner plus de résultats que trois ans d’abonnement à Meetic. »

Complètement cramé

Rés9782266246194_1_75umé : Lassé de tout, Andrew Blake quitte l’Angleterre et se fait embaucher comme majordome en France, au Domaine de Beauvillier. Confronté à de surprenantes personnalités – sa patronne, Odile, la cuisinière, Manon, ou encore Philippe, le régisseur – lui qui croyait en avoir fini avec l’existence va être obligé de tout recommencer…

Mon avis : (Écouté en AudioBook) Pendant longtemps, j’ai lu chaque livre jusqu’au bout, même s’il ne me plaisait guère – sait-on jamais, on n’est pas à l’abri d’une belle surprise cachée dans les dernières pages… Maintenant, en pensant à tous les très bons livres qui m’attendent, je me tracasse un peu moins ! Et quand je n’accroche pas après une petite centaine de pages, je préfère passer à une autre histoire. Ça a clairement été le cas de ce livre. Chaque phrase m’exaspérant un peu plus que la précédente, chaque cliché me hérissant davantage les poils, chaque « gag » me laissant de marbre, j’ai préféré jeter l’éponge…

☆☆☆

Extrait : « On dit souvent que les yeux sont les fenêtres de l’âme. Les gens se caressent, se touchent, mais il faut beaucoup de confiance pour que quelqu’un vous laisse l’observer droit dans les yeux aussi longtemps que vous en avez envie. A ce moment-là, vous n’entendez pas seulement ce qu’il veut bien vous dire, vous voyez ce qu’il est vraiment. »

Les chroniques d’Edimbourg, tome 1 : 44 Scotland Street

51Kqwe536KL._SX303_BO1,204,203,200_Résumé : Au 44 Scotland Street, dans le quartier Bohème d’Edimbourg, la vie frémit à tous les étages. Entre Bruce, jeune Apollon aussi narcissique que séduisant, la vieille Macdonald, une excentrique en mal de ragots et le petit Bertie, enfant prodige, Pat, découvre sa nouvelle famille. Des chroniques inoubliables empreintes de tendresse et d’humour so british !

Avis : Les « Chroniques de San Francisco », version Edimbourg, j’avoue, c’était alléchant. Sauf que… Des personnages sans relief, tous plus détestables les uns que les autres, des clichés à foison, un rythme… quel rythme ? , des intrigues médiocres, des enchaînements prévisibles… Bref, on s’ennuie ferme au 44 Scotland Street!

★☆☆☆☆

Extrait : « Cependant, c’est mon fils, se disait-il. Il n’est peut-être pas bon à grand chose, mais il est honnête, il respecte ses parents et il est ma chair et mon sang. Je pourrais être moins bien loti : certains fils font souffrir leur père bien davantage. Ce garçon est un raté, certes, mais c’est un bon raté, et c’est mon raté à moi. »

« Les chroniques d’Edimbourg, tome 1 : 44 Scotland Street »
Alexander McCall Smith