La Passe-Miroir, tome 3 : La mémoire de Babel

616rJpS3WmL._SX346_BO1,204,203,200_Résumé : Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui, il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’information divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?

Avis : Lorsqu’on lit un troisième tome, difficile d’éviter la comparaison avec les deux premiers. Et sincèrement, je trouve celui-ci vraiment à la hauteur du deuxième volet (le premier ne m’avait laissé qu’un souvenir assez mitigé). Certes, l’ambiance sur Babel est bien différente de celle de la Citacielle, mais la découverte de ce nouvel univers m’a vraiment embarquée. Et même si ce tome n’est pas dénué de défauts (parfois un peu trop « jeunesse » à mon goût), j’ai apprécié les retrouvailles avec l’écriture de Christelle Dabos, ses personnages et sa folle imagination.

4/5

Extrait : « Elle oublia l’appréhension, elle oublia la chaleur, elle oublia jusqu’à la raison de sa présence ici et, quand elle fut vide d’elle-même, elle posa les mains sur la botte de la statue. L’ombre du mémorial reflua comme une marée, tandis que le soleil faisait marche arrière dans le ciel. Le jour céda la place à la nuit, aujourd’hui devint hier et le temps explosa sous les doigts d’Ophélie. Ce n’étaient plus ses doigts à elle. C’étaient des centaines, des milliers d’autres doigts qui caressaient la botte de la statue, jour avant jour, année avant année, siècle avant siècle.
Pour porter chance.
Pour réussir.
Pour guérir.
Pour de rire.
Pour grandir.
Pour survivre.
Et soudain, alors qu’Ophélie se diluait dans cette foule de mains anonymes, elle retrouva ses mains à elle. Ou plutôt des mains qui étaient les siennes sans être les siennes. Et ce fut à travers des yeux qui étaient les siens sans être les siens qu’elle observa la statue. D’un métal brillant, le soldat brandissait fièrement son fusil sous les mimosas en fleur, sa tête emportée par l’obus qui avait détruit le porche de l’école derrière lui.
 » Il sera une fois, dans pas si longtemps, un monde qui vivra enfin en paix. » »

« La Passe-Miroir, tome 3 : La mémoire de Babel » – Christelle Dabos

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s