Chocolat, tome 2 : Le rocher de Montmartre

51mvLz-fzTL._SX302_BO1,204,203,200_Résumé : D’un simple claquement de doigts, Zozie de l’Alba sait exactement qui ment, qui a peur, qui trompe sa femme et qui a des soucis d’argent. A peine entrée au Rocher de Montmartre, cette chocolaterie étrangement fascinante malgré son aspect fané, elle flaire le mensonge. Annie, la fille de la propriétaire, ne laisse-t-elle pas derrière elle une vague traînée bleutée, comme des ailes de papillon ?

Avis : Moi qui me faisais une joie de retrouver Vianne et sa petite Anouk… Quelle ne fut pas ma déception ! La triste impression que Joanne Harris n’a pas su retrouver la fraîcheur et la magie de « Chocolat » dans cette suite très inégale et peu inventive… A la place, elle nous sert, en guise de nouveaux personnages, des clients peu attachants, un prétendant terriblement cliché, une « mystérieuse Zozie » qui n’a rien de mystérieux mais qui en plus, est grotesque. Le décor, quant à lui, est sans âme, sans charme (pourtant, il y avait matière à, puisque comme son titre l’indique, l’histoire se déroule à Montmartre). A ceci s’ajoute l’extrême prévisibilité des quelques retournements de situation. Et que dire, enfin, des loooongues hésitations de Vianne devant l’évidence (« j’ai l’impression que quelque chose cloche… mais non, je me trompe… m’enfin, quand même… allons, allons… ou peut-être bien que… ») ? Ce n’est vraiment pas faire honneur à un personnage que j’affectionnais tant… Bref, la magie n’a pas opéré… et j’en suis vraiment peinée ! Heureusement, Roux et Rosette sauvent un peu l’histoire, seules lueurs d’espoir qui m’ont permis d’aller au bout des 630 pages ! Dommage…

★★☆☆☆

Extrait : « Vianne Rocher. Voilà bien longtemps que je ne porte plus ce nom-là. Comme un manteau que l’on a aimé mais que l’on a laissé pendant des années au fond de l’armoire, j’avais presque oublié à quel point il était chaud et douillet. J’ai changé – nous avons changé – de nom tant de fois, dans chacun des villages où nous a poussées le vent, que je ne devrais plus jamais vouloir recommencer et cependant… J’aimais être Vianne Rocher. j’aimais le mouvement de leurs lèvres quand les gens prononçaient mon nom : Vianne. C’était comme un sourire, un murmure de bienvenue. »

« Chocolat, tome 2 : Le rocher de Montmartre » – Joanne Harris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s